Accueil > Bibliothèque > Réactions de l'Eglise > 9 août 1969
   Retourner
La disqualification de l'abbé de Nantes

Notification de la Congrégation pour la doctrine de la foi
9 août 1969

L'Osservatore Romano du 10 août 1969 a publié, en français, la notification ci-après de la S. Congrégation pour la Doctrine de la foi, après que M. l'abbé de Nantes eut refusé catégoriquement de souscrire une formule de rétractation de ses erreurs et de ses accusations d'hérésie portées contre le Pape et le Concile.

"A la requête de M. l'abbé de Nantes, la S. Congrégation pour la Doctrine de la foi a examiné ses écrits et, après l'avoir entendu par deux fois, le 6 juillet 1968 et le 23 mai 1969, a jugé devoir lui demander de souscrire une formule de rétractation de ses erreurs et de ses graves accusations d'hérésie portée contre le Pape Paul VI et le Concile. Après les deux premiers refus opposés par l'abbé de Nantes à cette demande, la S. Congrégation pour la Doctrine de la foi a tenté une dernière fois, le 11 juillet 1969, de le convaincre de se soumettre à la décision officielle du dicastère romain compétent auquel il avait été le premier à faire appel.

A cette demande solennelle qui lui avait été adressée, l'abbé de Nantes a répondu, en date du 16 juillet 1969, par un refus catégorique. Il y récuse le droit de la S. Congégation pour la Doctrine de la foi d'exiger de lui une soumission, et il confirme ses positions antérieures concernant le Concile, l'aggiornamento de l'Eglise, l'épiscopat de sa nation, les "hérésies" de Paul VI et l'appel adressé au clergé romain en vue de sa déposition canonique. La S. congrégation pour la Doctrine de la foi ne peut que prendre acte de ce refus opposé à sa légitime autorité en constatant avec une extrême tristesse qu'en se révoltant de la sorte contre le Magistère et le hiérarchie catholique, M. l'abbé de Nantes disqualifie l'ensemble de ses écrits et de ses activités, par lesquels il prétend servir l'Eglise tout en donnant l'exemple de la révolte contre l'épiscopat de son pays et contre le Pontife romain lui-même.

Réunis en congrégation ordinaire, les cardinaux de la S. Congrégation pour la Doctrine de la foi ont donc décidé de rendre publique la présente notification, et le Saint-Père a daigné approuver cette décision.

Notification publiée dans la Documentation Catholique de Septembre 1969, col. 794.


Rappel du contexte

Le 11 juillet 1969, La Congrégation pour la Doctrine de la Foi tente une dernière fois de convaincre l'abbé de Nantes, de se soumettre à la décision officielle de ce dicastère romain auquel il avait été le premier à faire appel.

Une demande solennelle de rétractation lui est alors adressée. Mais l'abbé refusera de la signer. En voici le texte :

"Je déclare me soumettre à tous les actes doctrinaux et disciplinaires de S.S. le Pape Paul VI et du Concile ocuménique Vatican II. J'adhère à tous les enseignements du Pape et du Concile selon que le requiert la nature de ces enseignements et compte tenu de l'intention du Pape et du Concile (cf Lumen Gentium, n° 25).

Je rétracte les graves accusations que je n'ai pas craint de propager contre les actes du Souverain Pontife et du Concile. J'exprime mon sincère regret pour ces imputations. Mais je tiens spécialement à désavouer l'accusation d'hérésie portée contre le Pape Paul VI et la conclusion aberrante que j'en ai tiré sur l'opportunité de sa déposition par les cardinaux.

A mon évêque et à l'épiscopat de ma nation, je promets d'obéir selon les normes canoniques.

Je m'engage à parler et à écrire toujours avec respect des actes et des enseignements du Pape, du Concile et des évêques."

Dans sa réponse datée du 16 juillet, l'abbé de Nantes non seulement répond par un refus catégorique, mais "il y récuse le droit de la Sacrée Congrégation pour la Doctrine de la Foi d'exiger de lui une soumission, et il confirme ses possibilités antérieures concernant le Concile, l'aggiornamento de l'Eglise, l'épiscopat français, les "hérésies" de Paul VI et l'appel adressé au clergé romain en vue de sa déposition canonique" (Documentation Catholique de Septembre 1969, col. 794).

En conséquence, le 9 août, la Congrégation pour la Doctrine de la foi prend "acte de ce refus opposé à sa légitime autorité, et constate avec une extrême tristesse qu'en se révoltant de la sorte contre le Magistère et la hiérarchie catholique, M. l'abbé de Nantes disqualifie l'ensemble de ses écrits et de ses activités, par lesquels il prétend servir l'Eglise tout en donnant l'exemple de la révolte contre l'épiscopat de son pays et contre la Pontife romain lui-même.

Réunis en congrégation ordinaire, les cardinaux de la Sacrée Congrégation pour la Doctrine de la foi ont donc décidé de rendre publique la présente notification et le Saint-Père a daigné approuver cette décision." (DC sept. 1969)

Quelques jours plus tard, le 23 août, Mgr Fauchet, évêque de Troyes déclare :

"La Congrégation pour la Doctrine de la foi, approuvée par le Pape, vient de se prononcer clairement en désavouant formellement les écrits et activités de l'abbé de Nantes.

Jusqu'ici certaines personnes de bonne foi ont pu se laisser abuser. Maintenant on ne peut plus hésiter. En conscience, je demande à tous les chrétiens qui veulent vivre dans la foi de l' Eglise Catholique, de refuser tout crédit aux écrits de l'abbé de Nantes et de ne participer à aucune de ses réunions".

Imprimer   Retourner   Remonter