Accueil > Bibliothèque > Réactions de l'Eglise > De 1967 à 1977
   Retourner
Déclarations d'évêques de France entre 1967 et 1977

Le 20 janvier 1967, Mgr JENNY, archevêque de Cambrai avertit officiellement "ses prêtres et ses fidèles de ne pas se laisser prendre à une insidieuse dialectique", parlant ainsi de l'"abbé de Nantes, qui est interdit dans son diocèse de résidence, et qui inonde notre diocèse de ses feuilles où la critique, non seulement des décisions conciliaires, mais aussi de l'autorité dans l'Eglise peut déconcerter et inquiéter certains esprits."

Documentation Catholique, mars 1967.

Le 11 mars 1967, le Conseil Permanent de l'Episcopat français fait une mise en garde au sujet des écrits diffamatoires de l'abbé de Nantes : "..l'abbé de Nantes affirme lui même "qu'il existe entre ce Pape, ce Concile, cette Eglise nouvelle et nous (lui et ses adeptes) une sorte d'excommunication permanente". Il n'y a pas lieu de prendre en considération ce qui est affirmé et développé dans ces lettres ; et on ne doit pas les faire circuler."

Documentation Catholique, mai 1967.

Le 19 janvier 1968, le Cardinal RICHAUD, Archevêché de Bordeaux, parlant des lettres de l'abbé de Nantes : ". elles sont de nature à ébranler sérieusement la confiance et la soumission des catholiques à l'égard des évêques et même, d'une façon plus grave, à l'égard du souverain Pontife Paul VI. J'en interdis donc la lecture et la communication dans le diocèse de Bordeaux. "

Documentation Catholique, février 1968.

En 1970, l'évêque de Grenoble refuse à l'abbé de Nantes de lui renouveler son "celebret" (Document attestant que ce prêtre a le droit de célébrer l'Eucharistie, voir le canon 903).

Le 22 mai 1971, Mgr Charles PATY, évêque de Luçon : ". nous tenons à exprimer notre désaccord profond avec l'abbé de Nantes."

Documentation Catholique, juin 1971.

En mars 1972, Le Conseil Permanent de l'Episcopat français s'élève encore contre les attaques dirigées contre le Saint-Père, le Concile Vatican II, la hiérarchie, par l'abbé de Nantes.

Documentation Catholique, avril 1972, n°1606.

Le 31 janvier 1974, Mgr Henry L'HEUREUX, évêque de Perpignan écrit, au sujet d'une "intervention surprise" de l'abbé de Nantes dans son diocèse : ". Si M. L'abbé de Nantes refuse tout changement dans l'Eglise depuis le Concile de Trente, de quel mandat se prévaut-il pour prendre de telles initiatives doctrinales sans que l'évêque du lieu soit même consulté ? Que M. l'abbé de Nantes sache bien qu'en agissant ainsi, il est retranché de la communion de l'Eglise par sa propre théorie."

Documentation Catholique, mars 1974, n° 1650.

Le 16 septembre 1977, Mgr DOZOLME, évêque du Puy, suite à des manifestations de la CRC dans son diocèse, avec pancartes, tracts, affiches... exprime officiellement son désaccord avec l'esprit de la CRC et les positions de l'abbé de Nantes.

Documentation Catholique, novembre 1977, n°1729.

Il rappelle à cette occasion l'intervention de Paul VI au concistoire du 24 mai 1976 : ". d'un coté, voici ceux qui, sous prétexte d'une plus grande fidélité à l'Eglise et au Magistère, refusent systématiquement les enseignements du Concile. Comment ne pas voir dans une telle attitude - quelles que puissent être les intentions de ces personnes - le fait de se placer hors de l'obéissance au successeur de Pierre et de la communion avec lui, et donc hors de l' Eglise ? "

Documentation Catholique, juin 1976, n°1700.

Imprimer   Retourner   Remonter